Liste des articles
Illustration Ecoconduite

Gérez malin

Modifié le 30/05/2022

Passez à l'éco-conduite pour faire des économies

Grâce à l’éco-conduite, ou conduite écoresponsable, le gestionnaire de flotte peut réduire l’impact de son parc automobile sur l’environnement et les émissions de CO2. Mais cette pratique est aussi une source d’économies pour l’entreprise puisqu’elle permet de réduire le TCO conducteur. En effet, les comportements de conduite ont un impact considérable sur la consommation de carburant, mais aussi sur l’usure des pièces et le taux de sinistre.

Réduire le TCO avec l’éco-conduite

Le principal enjeu de la gestion de flotte automobile est de réduire le TCO (total cost of ownership), c’est-à-dire le coût global du parc automobile. Le TCO inclut le TCO conducteur, qui correspond à l’usage qui est fait des véhicules, et représente en moyenne 20 % du TCO. Cependant, le TCO conducteur peut atteindre 40 % lorsque les comportements de conduite sont inappropriés ! Pour le gestionnaire de flotte, l’écoconduite est un formidable levier de réduction du TCO conducteur puisqu’elle permet de diminuer les dépenses en carburant, en entretien et en réparations. 

Des économies de carburant grâce à l’éco-conduite

En respectant les principes de l’éco-conduite, il est possible de réaliser d’importantes économies de carburant. Selon l'Ademe (Agence de la transition écologique)*, elle permet même de réduire jusqu'à 5 % la consommation de carburant. 

  •     Réduire sa vitesse : rouler 10 km/h plus lentement permet d’économiser 1 à 2 litres de carburant sur 100 km, soit plusieurs centaines d’euros par an par véhicule.  
  •     Adopter une conduite souple : éviter le surrégime et démarrer en douceur pour diminuer de 20 % la consommation de carburant.  
  •     Rouler avec une pression des pneus adaptée : une pression de 1,5 bar au lieu de 2,5 bars occasionne une surconsommation de carburant de 6 %.  
  •     Couper le moteur à l’arrêt : un moteur consomme entre 0,5 et 1 litre de carburant par heure à l’arrêt.  
  •     Éviter d’utiliser la climatisation : n’utilisez la climatisation qu’en cas de grosse chaleur pour économiser jusqu’à 25 % de carburant.  
  •     Supprimez les charges inutiles : démontez les galeries et les coffres de toit si vous ne les utilisez pas.  

Conduite écologique : un entretien moins coûteux

Les comportements de conduite ont également un impact sur l’usure des véhicules et en particulier des pièces, comme les plaquettes et disques de freins, les pneus et les amortisseurs. Ainsi, toute formation en éco-conduite conseille d’avoir recours au frein moteur plutôt qu’à la pédale de frein. L’anticipation est la clé : à l’approche d’un ralentissement, l’adepte de l’éco-conduite lâche la pédale d’accélération suffisamment à l’avance pour éviter de freiner brusquement. 
  
Rouler à vitesse modérée est aussi un bon moyen de ménager les amortisseurs, surtout au moment du passage des ralentisseurs ou lors de la circulation sur une route en mauvais état. 
  
Côté pneumatiques, l’éco-conduite permet également d'éviter l’usure prématurée : contrôle régulier de la pression, moins d’accélérations, manœuvres plus douces, etc. Les collaborateurs doivent garder à l’esprit qu’un véhicule mal entretenu peut donner lieu à une surconsommation de 25 % de carburant ! 

Réduire la sinistralité d’au moins 10 %

Même si vos véhicules sont assurés, vous devrez payer une franchise en cas de sinistre responsable. En effet, les conducteurs n’étant pas propriétaires de leurs voitures de service ou de fonction, la franchise n’est pas à leur charge, mais bien à celle de l’entreprise. Les accidents peuvent aussi entraîner l’immobilisation de véhicules, ce qui nuit à votre activité en l’absence de véhicules de remplacement. Enfin, si vous louez des véhicules, certains dommages ayant échappé à votre vigilance peuvent vous être facturés par la société de location lors de la restitution. Là encore, la sinistralité peut être diminuée de 10 % à 20 % grâce à l'éco-conduite. Rouler moins vite et vérifier l’état du véhicule doivent devenir des automatismes chez vos collaborateurs. 

D’autres pistes d’économies de carburant pour votre flotte de véhicules

Vous l’aurez compris, l’éco-conduite vous permet de lutter efficacement contre le gaspillage de carburant. Il existe toutefois d’autres leviers d’économies à ne pas négliger. L’analyse des données conducteur est indispensable pour identifier les pratiques à améliorer. Pour cela, les véhicules doivent être dotés d’équipements de télématique qui enregistrent de nombreuses informations (vitesse moyenne, freinage, accélérations, etc.). Toutes ces données doivent être collectées puis analysées par votre logiciel de gestion de flotte automobile. Vous pourrez en plus mesurer les progrès réalisés grâce à l’éco-conduite. 
  
Le choix des véhicules est bien sûr essentiel. Les véhicules doivent être adaptés à l’activité de votre entreprise tout en étant économes en carburant. Les modèles les moins énergivores bénéficient en plus d’une fiscalité plus favorable. C’est le cas des véhicules hybrides et des véhicules électriques. 
  
En tant que professionnel du fleet management, vous avez sans doute fait le choix d’une carte carburant, qui vous permet de bénéficier de tarifs avantageux à la pompe. Veillez dans ce cas à la densité du réseau de stations-service de votre fournisseur. En effet, si vos collaborateurs doivent faire des détours pour se rendre dans la bonne station-service, le bénéfice offert par la carte carburant s’annule. E.Leclerc propose un réseau dense, avec une station tous les 100 km en moyenne pour éviter les kilomètres inutiles.  

Encore une question ?