Liste des articles
Gestionnaire de flotte

suivez le guide

Publié le 03/02/2021

Portrait du gestionnaire de flotte

Le métier de gestionnaire de flotte a beaucoup évolué ces derniers temps. Ce n’est plus le chef de parc automobile, c’est bien plus. Certains annoncent déjà l’avènement du mobility manager. En tout cas, vus les coûts que génère le parc automobile et l’importance de motiver les collaborateurs, le gestionnaire de flotte est un homme clef dans l’entreprise. Voici le portrait d’un métier aux multiples casquettes.

Gestionnaire de flotte : la négociation

Historiquement, le rôle du gestionnaire de parc se cantonnait à sélectionner les fournisseurs du marché, à négocier les contrats pour obtenir les meilleures conditions et à assurer la maintenance des véhicules avec des prestataires de confiance.

Ce poste pouvait être confié aux services administratifs ou à un directeur commercial pour compléter sa mission avec une responsabilité que l’on considérait comme technique. Le gestionnaire de parc était un acheteur doté de sens de l’organisation.

Gestionnaire de flotte : l’organisation

Aujourd’hui, organiser un parc automobile a pris une autre dimension. Si la logistique et la planification de la mobilité sont toujours des tâches importantes de la fonction, elles sont facilitées par des outils informatiques partagés qui favorisent la fluidité et la pertinence des informations.

L’organisation est aujourd’hui beaucoup plus complète et la création de la car policy nécessite des qualités d’analyse et de synthèse intégrant, entre autres, les dimensions juridiques et humaines. La charte d’utilisation des véhicules est un document complexe qui prend en compte une optimisation des flux et des coûts, mais également la prévention des risques d’accidentologie, l’image de l’entreprise et la motivation des collaborateurs.

En savoir plus : Fleet management pour vos véhicules d'entreprise

Gestionnaire de flotte : la gestion

Au-delà des tâches purement opérationnelles comme la gestion des cartes grises, des assurances, des entretiens et des réparations, la gestion de la flotte automobile intègre une grande part analytique pour optimiser les coûts.

Pour la maîtrise des coûts de carburant, le gestionnaire s’appuie sur des outils tels que la Carte carburant pro E.Leclerc, qui permet de définir, pour chaque conducteur ou chaque véhicule, les stations-service autorisées, les montants, les horaires, afin de cadrer les dépenses. Chaque passage en station essence génère un reporting précis et immédiat qui permet une gestion affinée des coûts en temps réel et des décisions plus efficaces.

En savoir plus : Outil de gestion carte carburant pro E.Leclerc

Gestionnaire de flotte : le management

Le véhicule de fonction est un outil de motivation très demandé car il présente un réel intérêt financier pour le collaborateur mais également un gage de sérénité. Le rôle du gestionnaire de parc est de comprendre les attentes de chacun, de définir des règles pour tous, et de savoir dire non à tout moment. Il faut manier la motivation avec talent pour que l’avantage soit compris sans inciter à l’abus. Le poste prend alors des allures de facility manager qui nécessite une grande sensibilité relationnelle, du charisme, la connaissance des orientations de l’entreprise, la maîtrise des réglementations légales. Le gestionnaire a également un rôle de conseiller auprès du collaborateur pour trouver un accord sur le modèle qui répond autant aux besoins de sa fonction qu’à sa manière de travailler, et notamment à l’utilisation des outils connectés qui ont révolutionné l’automobile ces dernières années.

Gestionnaire de flotte : la passion

Un gestionnaire de parc doit également comprendre l’automobile et ses évolutions. Il doit être passionné et s’informer des changements technologiques d’un secteur en pleine mutation digitale et énergétique.

En savoir plus : A quoi ressemblera votre flotte en 2025 ?

La question de la mobilité dépasse aujourd’hui le cadre automobile. Les collaborateurs se sont ouverts à une nouvelle forme de mobilité qui change leurs attentes du parc automobile. Le parc de vélos, le covoiturage, le télétravail sont autant de nouvelles pratiques qui entrent en jeu. Ainsi, comment proposer à un collaborateur un avantage de mobilité si celui-ci se déplace en covoiturage et vélo ? Devrait-il être moins favorisé ? Ce genre de décision montre bien que la machine n’est pas près de remplacer l’homme dans la gestion de flotte.

En savoir plus : Mobilité en ville, les nouveaux moyens de transport

Conclusion

La gestion de flotte fait appel à des qualités et des connaissances multiples. Il n’existe ni formation ni profil type. La charge de travail est importante, il s’agit de pouvoir orchestrer un élément clef de l’entreprise, en temps réel car générateur de coûts importants, tout en tenant compte d’un large spectre de données : techniques, humaines, administratives et juridiques.

 

Encore une question ?