Skip to Content

On se dit tout
Megaphone
  • Linkedin
  • Viadeo
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
On y croyait... et pourtant

Revendre sa flotte auto : attention aux idées reçues

Publié le 28 septembre 2016

Revendre sa flotte automobile peut ressembler à un jeu de l’oie tant les possibilités sont nombreuses. Revue des idées reçues et vraies bonnes idées pour en sortir gagnant.

1

Attendre le dernier moment pour changer sa flotte automobile


FAUX. Mieux vaut revendre une voiture une fois que son investissement est amorti, en moyenne au bout de 5 ans pour augmenter les chances de revente, que ce soit à un particulier ou un professionnel. « Pour une entreprise, c’est le coût de détention, c’est-à-dire le prix de revient de la flotte automobile, qui doit être pris en compte. D’une manière générale, il faut renouveler des véhicules de tourisme tous les 48 mois en moyenne, alors qu’il est préférable de conserver le plus longtemps possible les utilitaires, souvent vite abîmés », conseille Maxime Sartorius, consultant et directeur de Direct Fleet.

Pour une entreprise, c’est le coût de détention qui doit être pris en compte

2

Revendre à un loueur professionnel permet de passer à une formule LLD


VRAI. Cette solution est idéale pour ceux qui ne veulent plus se charger de la gestion d’un parc, et notamment pour les entreprises qui ont un besoin de liquidités. « A partir d’une cinquantaine de véhicules, il faut passer par la LLD pour faire l’économie de tous les soucis de gestion », assure Maxime Sartorius.

La flotte sort de l’actif car elle n’est plus considérée comme un investissement. La LLD permet de budgétiser, sur plusieurs années, le coût du parc automobile.
Le loueur peut racheter la flotte automobile, puis rendre ses véhicules à l’entreprise, cette fois en location, ou lui en fournir d’autres.

3

Passer une annonce pour vendre à un particulier est une solution à privilégier


VRAI et FAUX. C’est certes la solution la plus évidente et qui semble, de premier abord, la plus facile. Or, gérer soi-même la revente d’un parc de véhicules est chronophage : dépôt d’une annonce, répondre aux mails et aux appels, donner rendez-vous pour montrer le véhicule…

« Néanmoins, cela peut être une bonne solution jusqu’à 5 à 10 véhicules à revendre » renchérit Maxime Sartorius. De plus, il faut savoir fixer le bon prix en tenant compte de la décote en se référant simplement à la cote Argus, mais également tenir compte des différences de prix régionales.

Savoir fixer le bon prix en tenant compte de la décote

4

Les enchères ne sont réservées qu’aux liquidations judiciaires


FAUX. En ventes aux enchères peut être proposé le matériel de n’importe quel particulier ou entreprise. Elles offrent une solution adéquate pour revendre ses véhicules de manière simple et rapide.

C’est un dispositif particulièrement adapté si vous ne savez pas à quel prix mettre vos véhicules en vente car, dans la plupart des cas, avec les enchères, le prix augmente jusqu’au niveau du marché. Certains sites web sont mêmes spécialisés dans le matériel d’occasion des collectivités et des entreprises.

Avec les enchères, le prix augmente jusqu’au niveau du marché

5

Revendre à ses salariés est une bonne opération financière


FAUX. Cette solution permet de faire un geste social envers ses salariés, mais, souvent, le véhicule sera vendu à un coût moindre car les collaborateurs voudront réaliser une bonne affaire.

La revente à un salarié peut aussi constituer un avantage en nature (si le véhicule est vendu très en-deçà du marché), et donc soumis à l’imposition.

6

Recourir à un grossiste permet de vite revendre un parc important de véhicules


VRAI. Les flottes importantes de véhicules (à partir d’une cinquantaine) peuvent intéresser les grossistes de véhicules d’occasion.

Ce marché est florissant pour les entreprises qui veulent se débarrasser de leur flotte car « les grossistes vendent des véhicules en volume et cherchent donc beaucoup de stock. C’est la solution que je conseillerais en priorité », explique Maxime Sartorius.

7

S’adresser à un concessionnaire est une solution judicieuse pour revendre une flotte importante


AUTRE PISTE. S’adresser à un concessionnaire qui, comme avec un particulier, va proposer une offre de reprise qui dépend de la cotation des véhicules, de leur kilométrage, de leur état…

Mais quand le parc comprend un certain nombre de véhicules, pas facile de les vendre en une seule fois au même concessionnaire. D’autre part, d’une manière générale, l’offre de reprise est souvent peu élevée.

la Carte carburant pro E.Leclerc

Plus de 1000 stations-service
E.Leclerc partout en France

Gestion simplifiée
et suivi en temps réel
de votre flotte

Maîtrise
de votre budget

Des relais régionaux à votre service et un centre d'appel
ouvert 6j/7

Souscrire maintenant
Trouvez votre station-service E.Leclerc et Partenaires
Estimez votre économie annuelle
avec la carte carburant E.Leclerc