Skip to Content

On se dit tout
Megaphone
  • Linkedin
  • Viadeo
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
Moi ce que j'en dis

Essence, diesel ou électricité : quelle motorisation pour votre flotte ?

Publié le 9 octobre 2017

Bernard Fourniou, Président de l'Observatoire du véhicule d'entreprise (OVE), donne quelques éclairages sur les différentes options des entreprises en matière de motorisation de leur parc de véhicules.

Bernard Fourniou,

Président de l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE)

Crédit photo OVE

1

Quel est le critère déterminant pour choisir le type d'énergie de sa flotte ?


B.F. : Le calcul du coût d’usage total d’une version essence ou d’une version diesel déterminera le choix d’un modèle par rapport à un autre. L’image qu’une société veut véhiculer peut aussi conditionner le choix d’une énergie par rapport à une autre. Une entreprise très orientée développement durable pourra ainsi opter pour des modèles électriques ou hybrides, alors même que les coûts d’usage seront supérieurs. Enfin, l’environnement réglementaire risque de devenir un critère de choix pour les gestionnaires de parcs dans les prochaines années. Aussi les vignettes Crit’Air, qui permettent l’accès aux centres-villes en cas de pics de pollution (notamment à Paris), pourraient inciter à terme les gestionnaires de parcs à revoir le type d’énergie retenu afin de garantir l’accessibilité des villes à leurs collaborateurs, dans tous les cas de figure.

Le calcul du coût d’usage total d’une version essence ou d’une version diesel déterminera le choix d’un modèle par rapport à un autre.

2

Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque type d'énergie ?


B.F. : Le diesel reste la motorisation privilégiée des gros rouleurs en raison de l’autonomie, de l’agrément de conduite, des consommations et des émissions de CO2*. Il correspond bien également aux attentes des transporteurs de marchandises ou pour les véhicules utilitaires légers. L’essence répond à des besoins citadins et aux petits déplacements, pour les kilométrages inférieurs à 20 000 km/an. Mais les motorisations essence consomment 10 à 20 % de carburant en plus. Du point de vue de la fiscalité, les deux énergies tendent à se rapprocher, puisque la TVA devient progressivement déductible sur l’essence aussi.

L’environnement réglementaire risque de devenir un critère de choix pour les gestionnaires de parcs dans les prochaines années.

3

Les voitures électriques et hybrides sont-elles intéressantes pour un parc professionnel ?


B.F. : L’électrique trouve aujourd’hui sa légitimité à travers une utilisation urbaine, pour des parcours quotidiens peu nombreux, ou au sein de solutions de déplacements mutualisés en entreprise (autopartage). Les artisans qui travaillent en ville et qui n’effectuent pas de longs trajets peuvent également trouver un intérêt à opter pour un VUL électrique. Quant aux motorisations hybrides, elles peuvent être pertinentes en entreprise avec des versions rechargeables. Mais à condition d’être associées à des formations des collaborateurs à la conduite.

* NDLR : le diesel émet d’autres polluants tels que les oxydes d’azote (NOx).

la Carte carburant pro E.Leclerc

Plus de 680 stations-service
E.Leclerc partout en France

Gestion simplifiée
et suivi en temps réel
de votre flotte

Maîtrise
de votre budget

Des relais régionaux à votre service et un centre d'appel
ouvert 6j/7

Souscrire maintenant
Trouvez votre station-service E.Leclerc et Partenaires
Estimez votre économie annuelle
avec la carte carburant E.Leclerc