Liste des articles
ZFE

Décodeur

Publié le 12/05/2021

Les ZFE, quels changements pour les flottes automobiles ?

Limitant l’accès des villes aux véhicules les moins polluants, les Zones à Faibles Émissions (ZFE) répondent à la nécessité de limiter la pollution atmosphérique liée au transport dans les zones urbaines. Mais ces mesures créent de nouveaux défis pour les gestionnaires de flottes automobiles.

Les ZFE : qu'est-ce que c'est ?

Les ZFE (zones à faibles émissions) sont des zones urbaines auxquelles seuls les véhicules les moins polluants peuvent avoir accès. Le but des ZFE est ainsi de diminuer l’impact de la pollution atmosphérique émise par le trafic routier sur la santé de la population urbaine.

Le transport est en effet majoritairement responsable de la pollution de l’air dans les villes, où vivent 70 % des Français. Les voitures à moteur thermique émettent notamment des particules fines, qui provoquent des maladies respiratoires et cardio-vasculaires. Selon une commission d’enquête du Sénat, la pollution coûte chaque année plus de 100 milliards d'euros à l'État.

ZFE : où en est-on en France ?

En 2015, la première Zone à faibles émissions (appelée alors « ZCR » pour « zone à circulation restreinte ») a vu le jour à Paris, puis Grenoble et Strasbourg ont suivi l’exemple, respectivement en 2017 et 2018. La France a mis en place en 2016 le certificat qualité de l’air, aussi appelé « Crit’Air », qui permet de classer les véhicules selon le niveau de pollution généré. Il existe 6 niveaux (0, 1, 2, 3, 4, 5), 0 caractérisant les véhicules les moins polluants et 5 désignant les plus polluants. Les automobilistes doivent apposer la vignette Crit’Air correspondante sur le pare-brise de leur véhicule. Seuls les véhicules dotés d’une vignette Crit’Air 0 ou 1 sont autorisés à circuler dans les ZCR.

En 2018, les ZCR laissent la place aux ZFE-m (zones à faibles émissions mobilité). De nouvelles métropoles s’engagent à créer de telles zones en 2021 : Aix-Marseille-Provence, Nice-Côte d'Azur, Toulon-Provence-Méditerranée, Toulouse, Montpellier-Méditerranée, Strasbourg et Rouen-Normandie. D’ici 2025, 35 ZFE-m supplémentaires seront déployées dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants.

ZFE et gestion de flotte : comment s'adapter ?

Pour les gestionnaires de flotte, il est essentiel de prendre en compte les zones à faibles émissions. Cela passe notamment par une anticipation du déploiement de ces zones et la mise en place de solutions plus flexibles que l’achat, comme la location moyenne ou longue durée de véhicules répondant aux exigences du certificat qualité de l’air pour des flottes automobiles plus écoresponsables. L’utilisation de voitures électriques ou à hydrogène, ou le verdissement de la flotte, prend tout son sens pour les entreprises ayant besoin de circuler dans les ZFE et pour lesquelles la transition énergétique est essentielle.

Néanmoins, l’autonomie des véhicules thermiques reste largement supérieure à celle des véhicules électriques. L’énergie électrique ne répond pas encore aux besoins du transport de marchandises et la gestion de flotte peut se complexifier : les poids lourds nécessitent en effet une autonomie optimale et un carburant économique, ce que leur offre le gazole. Pour les commerciaux et artisans qui parcourent des dizaines de milliers de kilomètres par an, les véhicules diesel sont aussi irremplaçables pour rouler à moindre coût.

Vos véhicules d’entreprise roulent à l’essence ou au gazole ? Avec la Carte carburant pro E.Leclerc, vous pouvez réaliser d’importantes économies et bénéficier de services comme le pilotage de votre consommation de carburant, depuis votre espace client.

 

Encore une question ?