Liste des articles
station-service

Décodeur

Publié le 26/05/2020

Baisse du prix du carburant :
quel impact pour les professionnels ?

Durant la crise du Covid-19 en France, vous avez peut-être constaté une baisse du prix du carburant, essence comme diesel.
Ce coup de pouce de la providence est-il réel ? Quelles en sont les causes ? L’équipe de votre Carte carburant pro s’est penchée sur le sujet pour répondre aux interrogations des professionnels, indépendants et entreprises de toutes tailles.

Y-a-t-il eu vraiment chute des prix dans les stations essence ?

Pour répondre à cette question de façon objective, nous nous appuyons sur les relevés publiés par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Les conséquences économiques mondiales de la crise du Covid-19 ont débuté en janvier 2020. Une réduction significative du prix du pétrole s’est enclenchée : selon les relevés officiels du gouvernement dans les stations-service de France, entre le 10 janvier et le 20 mars 2020, on constate une baisse de près de 20 centimes du sans-plomb 98 et du sans-plomb 95-E10, de 21 centimes du sans-plomb 95 et de plus de 23 centimes du gazole.

Lors du confinement la courbe s’est confirmée. Le 13 mars 2020, le tarif du litre de sans-plomb 95 était d’1,40 euro et le tarif pour le litre de gazole a été constaté à 1,30 euro en moyenne dans les stations essence de France. Le 8 mai 2020, le prix du sans-plomb 95 au litre avait encore baissé pour atteindre une moyenne nationale de 1,2303 euro et le gazole revenait à 1,1608 euro le litre.

Pour un plein ?

  • En janvier le plein de 70 litres de sans plomb 95 s’élevait à 113 euros, contre 86 euros mi-mai.
  • En janvier le plein de 70 litres de diesel s’élevait à 107 euros, contre 81 euros mi-mai.

 

Une baisse mondiale directement liée à la crise du coronavirus

Cette baisse est mondiale et directement liée à la crise du coronavirus. Elle s’explique par la baisse importante des cours pétroliers depuis le début d’année, due en premier lieu à un désaccord économique entre l’OPEP et la Russie. La crise a pris de court l’Arabie Saoudite et la Russie qui n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur une politique tarifaire commune. S’en est suivie une guerre des prix, une surenchère des annonces de réduction pour écouler les stocks invendus des deux géants. Le 20 avril, l’offre a même atteint 1 cent dans la soirée, alors qu’habituellement le baril s’échange à plus de 27 dollars. Cette vente à perte n’a duré que quelques heures mais est le symbole de cette guerre économique sans merci qui s’est déroulée durant la crise.

Désormais, c’est avant tout la baisse de la demande qui entraîne mécaniquement des prix soldés pour maintenir l’activité. Selon l’AIE (Agence internationale de l’énergie), au deuxième trimestre 2020, la baisse moyenne de la demande est de 25 %, soit - 25 millions de barils par jour dans le monde.

 

Chute des prix ne signifie pas systématiquement baisse de la qualité

Parfois, quand on achète moins cher c’est aussi que le produit est de qualité moindre. Alors, puisque nous possédons les records, nous tenons également à vous rassurer sur la qualité de nos carburants car il se trouve qu’ils font partie des meilleurs de France. Pour pouvoir être distribué en France, un carburant doit répondre à un cahier des charges extrêmement complet, défini et contrôlé par les législations françaises et européennes . Par exemple, le liquide doit comporter un nombre limité de particules résiduelles car elles peuvent boucher votre réservoir par sédimentation si vous n’utilisez pas votre véhicule durant plusieurs mois. Nous sommes plus exigeants encore que la législation. Pourquoi ? Pour pouvoir vous garantir une excellente qualité de carburant avec votre Carte carburant pro. 

 

Déconfinement : vers un retour à la normal ?

Depuis le 11 mai, date du déconfinement, la chute des prix dans les stations-service semble finie et les tarifs commencent à repartir à la hausse. Au cours de la dernière semaine, le gazole a repris 1,9 centime par litre, soit 1,1768 euro. De son côté, le sans-plomb 95 E10 a pris 2,6 centimes, à 1,2486 euro. La raison est à nouveau lié au cours du pétrole, faisant suite à la reprise de l'économie et avec la levée des mesures de confinement, la demande revient. Toutefois, les prix des carburants restent encore bas. 

Encore une question ?